Scroll to top

Changement de prothèse
de hanche

Les prothèses de hanche nécessitent parfois d’être changées, que ce soit de manière précoce ou bien longtemps après la pose initiale.
Il s’agit d’un sujet extrêmement vaste et complexe tant sur le plan des connaissances théoriques que de la technique chirurgicale.
Nous abordons ici les principales causes amenant à remplacer une prothèse de hanche ; toutes ces situations demandent en général une consultation détaillée auprès du chirurgien.

Durée d'hospitalisation

Quelques jours

Type d'anesthésie

Générale ou rachi anesthésie

Arrêt de travail

4 à 8 semaines

Retour au domicile

Après l'opération

Principales causes

Une des premières causes de remplacement d’une prothèse totale de hanche (PTH) est l’usure mécanique. En effet même si les matériaux ont progressé de manière très importante au cours des dernières années il existe toujours une part d’usure liée à l’utilisation de la prothèse. Cette usure se produit en général au sein couple de frottement c’est à dire à l’interface entre la cupule cotyloïdienne (cotyle) et la tête fémorale (bille). Cette usure, par effet biologique et mécanique vient affecter le bon fonctionnement de la prothèse mais également sa tenue dans l’os entrainant ce que l’on appelle un descellement.
Ce phénomène d’échec mécanique plusieurs années après la pose de la prothèse est la première cause de changement de PTH.
Toutefois d’autres causes peuvent mener à un remplacement prothétique : des luxations (déboitements) répétées, une infection (récente ou ancienne), un descellement mécanique précoce non lié à l’usure, un conflit entre la prothèse et un tendon, une faillite du matériel (fracture d’un implant) ou encore une inégalité de longueurs des membres inférieurs mal supportée par le patient.

Combien de temps dure une prothèse de hanche ?

En moyenne 15 à 20 ans selon les dernières études sur le sujet.
Il faut cependant tempérer cette réponse, en effet il s’agit tout d’abord d’une moyenne : certaines prothèses durent 30 ans et d’autres 10 ans.
De plus cette durée de vie est difficile à prédire tant les paramètres à prendre en compte sont nombreux : type de prothèse, qualité osseuse, âge et niveau d’activité du patient.

Les résultats des remplacements de prothèses de hanche sont la plupart du temps très satisfaisants.
Toutefois le résultat fonctionnel n’est en règle générale pas aussi bon que lors de la pose d’une prothèse de première intention.

Les différentes étapes de l'intervention

Notre prise en charge de la reprise de prothèse de hanche s’étend de la consultation pré-opératoire à la consultation de suivi post-opératoire, en passant par la chirurgie.

Les risques et complications possibles

Elles sont globalement les mêmes que pour la pose d’une première PTH mais leurs fréquences augmentent du fait de la reprise chirurgicale.

Une des complications dans les prothèses est l’infection.
Les signes de l’infection peuvent être une cicatrice inflammatoire qui ne se referme pas bien avec un écoulement, de la fièvre et des douleurs.
Si l’infection survient on peut être amené à devoir réopérer pour laver la prothèse et mettre en place des antibiotiques permettant dans la plupart des cas de soigner l’infection.

Pour limiter ce risque, un bilan infectieux pré opératoire est réalisé : bilan dentaire, examen des urines et prise de sang.

Pendant l’intervention des antibiotiques sont administrés de manière à prévenir une infection.

Le risque de thrombose veineuse profonde (phlébite) ou d’embolie pulmonaire reste rare, il est limité par un lever précoce du patient associé au port de bas de contention et une anticoagulation préventive pendant les premières semaines post opératoires.

Le risque d’hématome est présent mais limité lui aussi. S’il survient en post opératoire, il se résorbera spontanément au bout de quelques jours la plupart du temps. En cas d’hématome important et gênant la récupération, une ponction peut être réalisée.

Le risque de luxation (déboitement de la prothèse) qui doit rendre prudents les mouvements de la hanche pendant les 3 mois post opératoires.

Le risque d’inégalité de longueur des membres inférieurs. Le chirurgien prend grand soin de respecter les longueurs physiologiques du patient toutefois le contrôle absolu de ces longueurs est difficile en per opératoire notamment lors des changements de prothèse. De plus il peut être parfois techniquement préférable d’allonger un minimum le membre opéré. Toutefois ces inégalités restent rares et lorsqu’elles existent sont très souvent bien supportées par le patient.

Questions fréquentes sur le changement de prothèse de hanche

Voici une sélection des questions fréquemment posées par les patients des docteurs Frison et Casabianca lors de leurs consultations pré-opératoires en vue d’une reprise de prothèse totale de hanche (RPTH).

Combien de temps dure une ostéotomie tibiale de valgisation ?

La durée de vie d’une OTV est en principe illimitée, en effet il s’agit d’une modification de l’axe de la jambe qui est définitive et doit pouvoir permettre de soulager les douleurs le plus longtemps possible.
En vieillissant, si une usure du cartilage survient dans les autres compartiment du genou il faudra alors poser une prothèse. Ceci se fait de manière relativement simple en reprenant la même cicatrice que celle de l’ostéotomie.

En quoi est faite la plaque d’OTV?

Il s’agit de titane, un matériau très résistant et possédant des propriétés mécaniques adaptées à l’ostéosynthèse.
Ces matériaux sont testés avant leur mise sur le marché pour vérifier leur tolérance dans le corps humain.

Vais-je sonner dans les aéroports ?

Oui, le port de matériel comme une plaque peut déclencher les portiques d’aéroport qui sont de plus en plus sensible, y compris pour le titane.
Il est inutile d’avoir un certificat ou une photo de la radio de la plaque car un contrôle au détecteur manuel sera de toute manière effectué. Les agents de sécurité ont l’habitude de ces cas.

Quelle rééducation après une ostéotomie tibiale de valgisation ?

Les patients opérés d’une OTV peuvent rentrer à la maison le jour même de l’intervention ou le lendemain.
La rééducation sera effectuée chez un kinésithérapeute en ville.
Cette rééducation comprendra une vingtaine de séances, avec comme objectif de retrouver des amplitudes articulaires correctes, de réaliser un renforcement musculaire et de reprendre l’appui complet sur la jambe.
Les béquilles seront utilisées notamment les 6 premières semaines lorsque l’ostéotomie est en cours de consolidation.

Quel âge pour la réalisation d’une OTV ?

Cette intervention s’adresse en priorité aux patients de moins de 60 ans.
Concernant les patients plus âgés, cette chirurgie est moins indiquée en raison notamment de la baisse de la densité osseuse, dans ce cas il faudra plutôt s’orienter vers une prothèse unicompartimentale (demi prothèse).

Pourrais-je refaire du sport avec une OTV ?

Oui, il s’agit même d’un des principaux objectifs cette chirurgie.
En effet l’ostéotomie étant extra articulaire on ne modifie ni le cartilage ni les ligaments ce qui permet à distance de l’opération d’obtenir un résultat proche d’un genou natif non opéré.

L'intervention en bref

Quand opérer ?

Lorsqu’une douleur ou une gêne liée à la prothèse devient invalidante ou lorsque le contrôle auprès du chirurgien révèle une usure importante.

Objectif de l'intervention

Remplacer la prothèse usée et si besoin restituer un stock osseux suffisant à la hanche.

Type anesthésie

Générale ou rachi anesthésie de la consultation d’anesthésie.

Durée hospitalisation

Cette chirurgie est réalisée avec quelques jours d’hospitalisation.

Retour maison

Retour à domicile le jour de la chirurgie dans la plupart des cas.

Arrêt de travail

4 à 8 semaines en fonction de la profession.

Prenez rendez-vous pour une consultation orthopédique

Clinique Drouot Molitor

37, rue de Molitor, 75016 PARIS
Secretariat : 01 88 40 20 30

Moyens de transport

Métro – Michel Ange – Molitor (lignes 9 et 10)
RER C – Pont Du Garigliano – Hôpital Européen G. Pompidou

Parking public

Parking Zenpark Porte d’Auteuil
20 rue Erlanger, 75016 Paris

Clinique Blomet

136 Rue Blomet, 75015 PARIS
Secretariat : 01 86 86 45 37

Moyens de transport

Métro – Convention (ligne 12)
Bus – Abbe Groult (lignes 39 et 80)
Bus – Lecourbe (ligne TRAVERSE)

Clinique du Plateau

21 Rue de Sartrouville, 95870 BEZONS
Secretariat : 01 39 96 36 00

Moyens de transport

Bus – Albert 1er (ligne 272)